Les rencontres littéraires font partie de Art en Tour Pays-Bas Maroc, une initiative du Fonds pour l’Art amateur et les Arts scéniques, de la Fondation Mondriaan et de La Fondation pour la Production et la Traduction de la Littérature Néerlandaise à la demande du ministère de l’Enseignement de la Culture et des Sciences et du ministère des Affaires étrangères. Art en Tour Pays-Bas Maroc, un programme de coopération culturelle, célèbre en 2005 les quatre siècles de relations entre les Pays-Bas et le Maroc.

8 décembre 2005

8 décembre 2005

19 h 00 / Institut Français De Rabat 1 / Rue Adou Inane / Tél. : 037 689650 / Entrée Libre

Jeudi 8 décembre se tiendra à l’Institut Français de Rabat une soirée littéraire, qui sera l’occasion d’une rencontre entre littérature néerlandaise et marocaine. Y participeront d’une part les auteurs néerlandais d’origine marocaine Abdelkader Benali et Mustafa Stitou, d’autre part les auteurs marocains Yassin Adnan et Jalal el Hakmaoui. Ils liront des extraits de leurs œuvres et il y aura ensuite un débat, auquel le public sera invité à participer. Cette soirée sera aussi la présentation du deuxième numéro du revue Electron libre, consacré à la poésie des Pays-Bas.

Abdelkader Benali

Abdelkader Benali

Abdelkader Benali (né à Ighazzazan en 1975) a fait ses débuts en 1996 avec Bruiloft aan zee, qui fut couronné par le prix Geertjan Lubberhuizen du meilleur début littéraire. Depuis, neuf traductions en sont parues, dont une en français, sous le titre Noces à la mer, qui lui a valu le Prix du Meilleur Roman Étranger en 1999. En 2006, la traduction arabe paraîtra aux Éditions Le Fennec. Le livre raconte l’histoire de Lamarat Minar, vingt-deux ans, qui revient à Touarirt, le village où il est né, pour assister au mariage de sa sœur. La disparition du fiancé, la veille du mariage, est le début d’une quête pleine d’humour et de rebondissements, plus mystérieux et surprenants les uns que les autres. A. Benali se révèle un auteur inspiré, aux multiples facettes : essais, récits, critiques, chroniques dans la presse... Cette année, il a publié son roman Laat het morgen mooi weer zijn (‘Qu’il fasse beau demain’) et (en collaboration avec Herman Obdeijn) l’essai Marokko door Nederlandse ogen (‘Le Maroc à travers un regard néerlandais’).

Mustafa Stitou

Mustafa Stitou

Le poète Mustafa Stitou (né à Tétouan en 1974) a fait à dix-neuf ans un début fracassant avec la publication de Mijn vormen en 1994. « La littérature néerlandaise s’est enrichie d’un nouveau poète », a ainsi pu écrire un critique. Sa poésie s’impose au lecteur avec la force de l’évidence. Elle est vivante, diverse et actuelle. Dans une langue directe, avec légèreté, il nous raconte le choc des cultures entre Orient et Occident. Son troisième recueil Varkensroze ansichten (‘Vues rose cochon’, 2003) a confirmé si besoin était que l’on avait affaire à l’une des voix les plus originales de la poésie néerlandaise d’aujourd’hui.

Yassin Adnan

Yassin Adnan

Yassin Adnan (né à Safi en 1970) est journaliste, poète et nouvelliste. Il est correspondant littéraire du journal arabe londonien Al-Hayat, du magazine littéraire Dubaï Al-Thaqafiya et membre du comité de rédaction du magazine arabe Zawaya (basé au Liban). Il a publié trois recueils de poésie parmi lesquels, ses derniers parus, Le récif de l’effroi (2005), Trottoir de l’apocalypse (2003) et Mannequins (2000). Il a publié aussi un recueil de nouvelles : Qui croit aux lettres? (2001).

Jalal El-Hakmaoui

Jalal El-Hakmaoui

Jalal el-Hakmaoui (né à Casablanca en 1965) est poète, traducteur et directeur de la revue de poésie internationale Electron libre. Il a traduit poésie de parmi autres Allen Ginsberg, Edmond Jabès, Nino Judice et Abdel-Ilah Salhi, il a publié anthologies de la poésie belge et maintenant aussi un anthologie de la poésie néerlandaise, en Electron libre. Il s’occupe des relations exterieurs de l’Union des Écrivains du Maroc. Son premier volume de poésie est Certificat de célibat (Paris, 1997); son dernier est Allez un peu au cinéma aux Éditions Toubkal (en cours).

9 décembre 2005

9 décembre 2005

16 h 00 Goethe Institut Rabat 7 / rue Sana'a / Tél. : 037 706544 / Entrée libre.

Au Goethe Institut Rabat se tiendra la présentation des Années de plomb, traduction française du livre Jaren van lood de Sietske de Boer, qui paraîtra en novembre aux Éditions Le Fennec à Casablanca. Il s’agit d’une chronique familiale émouvante qui retrace les vicissitudes d’un clan berbère à travers un siècle de répression. Le héros en est Ali el Manouzi, qui à quatre-vingt-sept ans, repense à sa vie – toute une vie de résistance : dans sa jeunesse, il se tient aux côtés de son père dans la lutte armée contre les Français. Plus tard, après 1956 et l’indépendance, sa famille se révolte contre la répression virulente imposée par le roi et l’État ; ce sont les « années de plomb ». Plusieurs membres de la famille payent leur insoumission de leur vie, et d’autres s’enfuient à l’étranger. Ce combat d’une famille pour la liberté est aussi prétexte à évoquer un pays qui s’efforce de s’arracher à la tragique emprise de l’Histoire.

Sietske de Boer

Sietske de Boer

Sietske De Boer (née en 1954) vit à Rabat, où elle est correspondante pour divers médias néerlandais ; elle sera interviewée par le journaliste marocain Khalid Jamaï.

Renseignements

Bas Pauw b.pauw@nlpvf.nl
Tél. : +31(20) 620 62 61

La Fondation pour la Production et la Traduction de la Littérature Néerlandaise (NLPVF) remercie :

  • l’Institut Français Rabat
  • Goethe Institut Rabat
  • l’Ambassade des Pays-Bas Rabat
  • la Maison de la Poésie
  • l’Union des Écrivains du Maroc
  • SICA Amsterdam
  • Mme. Jeanneke de Boer
  • M. Jalal el-Hakmaoui