phares logo

Compassie
  • Titre original Compassie (Van Oorschot, 2015).
Stephan Enter

Le premier roman de Stephan Enter (1968), Lichtjaren (« Années lumières », 2004), a fait partie de la sélection pour le Prix Libris Littérature. Avec Spel (« Jeu », 2007) il prouve qu’il était déjà devenu un des écrivains les plus importants de sa génération. Son troisième roman Grip (« Prises », 2011) a atteint les palmarès de plusieurs revues littéraires en 2011 et a été traduit en français, en allemand, en hongrois, en italien et en norvégien. Son roman le plus récent, Compassie (« Compassion », 2015), a été sélectionné pour l’ECI Prix Littérature et le Fintro Prix Littérature.

Stephan Enter

Compassion

Le piège des sites de rencontres.

  • Traduit par Annie Kroon
  • Maison d’édition Editions Actes Sud
  • Date de parution Avril 2018

Dans Compassion, Stephan Enter montre que les images idéalisées que nous projetons sur les personnes se cachant derrière les profils de sites de rencontres faussent la perception du comportement réel de ces personnes.

Frank van Luijn frise la quarantaine, mais, comme il le dit lui-même, il prolonge sa vie estudiantine. Quant aux relations amoureuses, depuis toujours, il papillonne sans jamais s’engager réellement. Maintenant qu’il a découvert les sites de rencontres – « un grand bocal à bonbons » –, il entretient des contacts avec plusieurs femmes en même temps.

Rapidement, l’envie lui prend de supprimer son profil sur le site de rencontres car les femmes avec lesquelles il entre en contact sur ce site spécial l’ennuient. Quand il fait pour une dernière fois l’inventaire de l’offre féminine, il est, tel un personnage de comédie, fortement intrigué par les yeux d’une universitaire, Jessica. Dans son regard, il croit deviner « un désir profond de vivre, de profiter au maximum de l’existence, de vivre sans réserves ».

Ils prennent plusieurs fois rendez-vous et tombent amoureux.« Ça fait combien de temps que la vie ne m’a pas démangé à ce point, que je me suis senti vraiment vivant ? Car oui, je vis ! » Il pense enfin être capable de s’ouvrir réellement à quelqu’un. Le bonheur est à portée de main. Pourtant, le lecteur sent la menace sous-jacente à chaque page. Implicitement et avec talent, l’auteur communique au lecteur la fragilité de la relation. Le vaniteux Frank ne se dupe-t-il pas lui-même ? Quand il couche pour la première fois avec Jessica, il est rebuté par ses cicatrices et son corps nu sans beauté. Son excitation disparaît sur le champ, en dépit des efforts de Jessica.

Enter invite continuellement le lecteur à revoir ses idées sur l’identité de ses personnages, ainsi que sur la dose de sympathie et de compassion qu’ils méritent. Ce jeu s’avère relativement compliqué étant donné que le lecteur prend connaissance de l’histoire à travers le regard de Frank qui, en tant que narrateur, livre peu d’informations sur lui-même.

La perspective trouble et le contenu multi-interprétable rendent captivant et douloureux ce portrait d’adolescent suranné qui pense avoir sa vie sous contrôle mais qui sera à la fin puni pour son arrogance.

Le profil incisif d’un homme qui se considère comme un Don Juan confirmé, mais finit par devoir reconnaitre la supériorité d’une femme qu’il estimait très inférieure à lui. Trouw

Stephan Enter est un écrivain extrêmement méticuleux, qui dispose d’une plume vigoureuse. De Groene Amsterdammer